top of page

L'origine du désir


Je pense aux « personnes de cheval » que je rencontre, aussi différentes soient leurs disciplines, leurs approches et le respect qu’elles ont pour cet autre vivant.

Elles ont un point commun : être en lien avec les chevaux leur « fait du bien », leur permet de développer des qualités et des compétences peu communes qu’elles n’auraient pas développées sans eux.

Se souviennent-elles pourquoi elles ont choisi de consacrer une partie de leur vie à être avec le Cheval plutôt que de faire du vélo, du piano ou du foot? Nourrissent-elles précieusement en leur coeur et dans leurs tripes le rêve qui les a emmené jusque là?

Je crois que lorsqu’elles recontactent simplement cela, quelque chose peut être sublimé à chaque instant : le désir premier. Celui-ci est l’essence joyeuse qui permet de s’émanciper du poids des attentes de pratiques équestres parfois insensées et dépassées. C’est ce même désir qui rend possible toutes les ambitions -de compétition ou de loisirs- et permet de choisir par qui et comment être entouré dans son évolution, de manière alignée, stimulante, vivante.

La relation avec le Cheval devient alors l’espace privilégié de la confiance, de l'épanouissement et de l’accomplissement.

Il me semble que c’est ce terreau du désir qu’il est essentiel de garder au coeur-corps pour nourrir ici et maintenant nos projets, peu importe ce que nous faisons dans la vie.



Illustration: Duy Huynh

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page